Copyright ©2013. Tous droits réservés - Site Officiel de la commune de Langan - mentions légales

Patrimoine et histoire
le petit train BM 9-92.pdf portrait d'un ancien maire de Langan BM 3-92.pdf le monument aux morts BM 6-93.pdf les années 40 BM 6-94.pdf Langan bombardier B24 détail.jpg


ANNECDOTES

ET DOCUMENTS

l'ancienne eglise BM 6-92.pdf

Histoire locale

Si vous avez en votre possession, des éléments d’histoire de Langan, n’hésitez pas à les partager avec nous.


Ecrivez-nous


L’arrivée des bretons :


C’est à partir du Vème siècle que les bretons, chassés de Grande Bretagne par les Angles et les saxons, émigrèrent dans notre région qui s’appelait alors l’Armorique. Leur migration ne se fit pas d’un coup, mais s’étala sur au moins sur deux siècles (du V ème au VII ème siècle. Les premiers bretons, qui traversèrent la manche  pour se réfugier chez nous, s’installèrent le long des côtes de la péninsule armoricaine. Ceux qui suivirent s ‘installèrent dans l’intérieur des terres.

C’est ainsi qu’ils arrivèrent dans notre contrée vers le milieu du VIème siècle et probablement de différents endroits à la fois : les uns remontant la vilaine et son affluent le Meu ; les autres le long de la vallée de la rance et par la voie romaine de Corseul à rennes et d’autres par la cité d’Aleth (st Servan) à rennes. La fusion des deux populations (Armorique et bretonne) s’opéra sans heurt et l’Armorique prit le nom de Bretagne. Ces bretons venaient surtout du pays de galles ou se trouve d’ailleurs une localité portant le même nom que notre commune : Langan.

L’appellation Langan :


Le nom de notre localité commence par « LAN » qui veut dire monastère en breton. Les communautés, formées de familles entières et parfois même de toute la population d’un village, s’établissaient, en général à proximité d’un monastère, d’un LAN. C’est donc autour de ces « LAN » que se sont créés une multitude de bourgs et de gros villages.

Langan vient du breton "lan" (monastère). 

Son église alors dénommée « saint martin de Langan » est donnée par un seigneur nommé Hervé, fils de Trihen,  à l'abbaye de Marmoutier en Touraine (C.f. Cartulaire de Marmoutiers : « ecclesiam Sancti Martini de Langan») vers la fin du XIème siècle ou le début du XIIème siècle, puis celle-ci est transmise à l'abbaye de Saint-Jacques de Montfort dès le début du XIIIème siècle. Ce seigneur ajouta à cette donation celle d'une certaine quantité de terre et des coutumes qui y étaient attachées.  Les chanoines de Montfort fondent en cette paroisse un prieuré-cure « Saint-Pierre de Langan » et gèrent eux-mêmes Langan jusqu'à la Révolution. 

L’ancien prieuré est aujourd'hui disparu. Il n'était pas très important ; il se composait en 1790 du presbytère avec ses deux jardins ; et d'un pourpris (enclos) de 3 journaux de terre (un jour =0,2ha) …peut être « le vieux mur » en est il un reste ?



Du monastère à la paroisse :


A partir de cette époque, beaucoup de paroisses vont se constituer, car les villages et les bourgs se développent. De nombreuses paroisses sont parfaitement constituées dès cette époque. Celle de Langan existait avant l’an 848. Elle faisait partie du diocèse de Dol et du doyenné de Bobital.


L’ancienne église :

L’église actuelle est édifiée à l'emplacement de l'ancienne église date des XVème et XVIème siècles. C'était à l'origine une simple nef terminée par un chevet droit ; on y ajouta au Nord une chapelle seigneuriale séparée de la nef par deux arcades reposant en partie sur une colonne centrale et accostée d'écussons frustes ; plus tard on construisit une autre chapelle au Midi et l'on éleva près du chœur une tour horriblement massive.

Les seigneur de Langan, avaient droit de supériorité, fondation et prééminence dans l'église de Langan ;

Ils y avaient leur banc, litre et enfeu, dans lequel avait été inhumé en 1650 Gabriel du Boisbaudry, seigneur de Langan, et ses armoiries y étaient gravées sur la muraille et peintes dans les verrières. On voyait au XVIIème siècle sur les vitres les armes des seigneurs de Langan.

Les seigneurs de Langan possédaient aussi jadis un enfeu près de la chaire, du côté sud de l'église et un autre près du maître-autel.

La porte flamboyante, située côté sud de l’actuelle église, date du XV-XVIème siècle, elle semble le seul reste visible de l’ancienne église.

La seigneurerie de LANGAN :


Au XIème siècle, la seigneurerie de la paroisse appartenait aux sires de Langan qui on joué un rôle considérable dans l’histoire de Bretagne.

A la fin du XIV ème siècle, cette seigneurerie passe par alliance à la famille de saint Gilles, qui hérita du manoir du Saubois. A partir de cette époque, cette maison seigneuriale du Saubois devint le chef lieu de la seigneurerie de Langan, car l’ancien manoir du bourg tombait en ruines.

Vers la fin du XV ème siècle, les de saint gilles, qui étaient  aussi seigneurs de Perronay en Romillé, vendirent Langan aux Baud, seigneurs de la Boulaye en Betton.

Au début du XVI ème siècle, la seigneurerie passa par alliance aux Brunels, seigneurs de la Plesse en saint Grégoire.

A la fin du XVI ème siècle, elle passa en succession aux du Boisbaudry, seigneurs de Trans,

Au commencement du XVIIIème siècle, Joseph du Boisbaudry vend la châtellenie de Langan au comte de Beauvais en Gévezé,

En 1779, la seigneurerie de Langan passa par succession aux LE PRESTE, comptes de Chateugiron qui le vendirent peu de temps après  (1783) aux Dacosta, seigneurs de la Fleuriaye.

Caractère de cette seigneurerie :


Cette seigneurerie a évolué au cours des siècles.

Au XVIème siècle, la seigneurie de Langan se composait du manoir du Saubois, avec ses chapelles, colombier, moulins, bois, étang et métairie, et du Grand bailliage de Langan.

Mais lorsque, par ses lettres-patentes enregistrées au Parlement de Bretagne le 3 juillet 1674, Louis XIV éleva Langan au rang des châtellenies en faveur de Gilles du Boisbaudry, il unit à Langan et au Saubois les terres et seigneuries du Breuil et de la Trunière en Gévezé, et celle de la Chaussée en Langan.

Le roi érigea le tout en haute justice avec droit de patronage et de fondation dans les églises de Langan et de Gévezé (Archives du Parlement de Bretagne). Le domaine de Langan fut encore augmenté et se composa alors des manoirs du Saubois et du Breuil, des métairies nobles de la Trunière, de la Chaussée et de la Chevaleraye, des moulins du Saubois, du Breuil et de Bintin, etc. Quant aux bailliages formant la haute juridiction, ils s'étendaient en Langan, Gévezé et Langouët.

La châtellenie de Langan relevait du roi partie en son domaine de Rennes et partie en celui de Hédé.

Depuis la vente qu'en firent les du Boisbaudry, la châtellenie de Langan, unie de fait sinon de droit par les de Lescu à leur comté de Beauvais, perdit beaucoup de son éclat.

Aussi le manoir du Saulbois, délaissé depuis longtemps, n'offre-t-il plus d'intérêt. La chapelle a été détruite. Les bois, l'étang et les moulins rappellent seuls la vieille résidence seigneuriale.

Les manoirs à Langan:


Ancien manoir de la fontaine : Route de la chapelle chaussée : (à 200m du bourg sur le bord ouest de la route, il était aux Ginguené en 1513).

Ancien manoir de la mériallais (à 600m du bourg et 500 m à l’ouest de la route. il était aux Ginguené en 1513.

Ancien manoir de la chaussaye : Route de Langouet : (800m du bourg et 400m à l’estd e la route.il était aux De bintin, seigneurs de Bazouge en 1442 et 1513.

Ancien manoir du breuil samin : Route de Gévezé,  à la sortir du bourg, sur le bord est de la route. On y observe un curieux manteau de cheminée sculpté, qui a été transformé en linteau de porte ; il figure un homme tenant un écusson en pointe et accosté d’un Lion et d’un renard.

Le manoir appartenait  aux Brunels, seigneurs de la Plesse en 1513 et aux Ginguené en 1601.

Ancien manoir du Pré-Rouaud (probablement le Pré-besnard), à 500 m du bourg et à 400 m à l’est de la route. Il était aux de Saint Pern en 1513.


Ancien manoir du Saubois : Route de Romillé à Gévezé, à 3km 600 du bourg, sur le bord nord de la route. Il y avait autrefois une chapelle et un colombier ; Près de lui se trouve la fontaine Saint Julien. Au siècle dernier, ce n’était plus qu’une simple métairie ; la chapelle avait été détruite ; les bois, l’étang et les moulins rappelaient seuls la vieille résidence seigneuriale.


Ancienne noblesse de Langan


Langan a donné son nom à une famille noble qui figure fréquemment dans les chartes des XIème et XIIème siècles : Cette famille  semble avoir été  liée très tôt à la grande et puissante famille des comtes de Dol qui occupaient une très haute position en Bretagne.

1167 : Jean de Langan était grand-maître des forêts de la baronnie de Combourg.

1354 : Raoul de Langan fut capitaine du château de Landal

1372 : Olivier de Langan servit comme écuyer dans l'armée du duc de Bretagne. Ce dernier ratifia à Rennes en 1381 le traité de Guérande.

Mais vers cette époque la branche aînée des sires de Langan se fondit dans la famille de Saint-Gilles, qui devint ainsi propriétaire de la seigneurie de Langan.

Au commencement du XVIème siècle, la terre du Saubois et de Langan échut à Pierre du Boisbaudry...

1660 : Gilles du Boisbaudry devint seigneur de Langan et avocat général au Parlement de Bretagne.

1692 : Joseph du Boisbaudry est conseiller au Parlement de Bretagne…


Imprimer


LA SUITE

histoire suite