Mais lorsque, par ses lettres-patentes enregistrées au Parlement de Bretagne le 3 juillet 1674, Louis XIV éleva Langan au rang des châtellenies en faveur de Gilles du Boisbaudry, il unit à Langan et au Saubois les terres et seigneuries du Breuil et de la Trunière en Gévezé, et celle de la Chaussée en Langan.

Le roi érigea le tout en haute justice avec droit de patronage et de fondation dans les églises de Langan et de Gévezé (Archives du Parlement de Bretagne). Le domaine de Langan fut encore augmenté et se composa alors des manoirs du Saubois et du Breuil, des métairies nobles de la Trunière, de la Chaussée et de la Chevaleraye, des moulins du Saubois, du Breuil et de Bintin, etc. Quant aux bailliages formant la haute juridiction, ils s'étendaient en Langan, Gévezé et Langouët.

La châtellenie de Langan relevait du roi partie en son domaine de Rennes et partie en celui de Hédé.

Depuis la vente qu'en firent les du Boisbaudry, la châtellenie de Langan, unie de fait sinon de droit par les de Lescu à leur comté de Beauvais, perdit beaucoup de son éclat.

Aussi le manoir du Saulbois, délaissé depuis longtemps, n'offre-t-il plus d'intérêt. La chapelle a été détruite. Les bois, l'étang et les moulins rappellent seuls la vieille résidence seigneuriale.